Parc National du Lac-Témiscouata: Ouverture reportée à l'été 2013

5 décembre 2011
Parc national du Lac-Témiscouata

Les conditions climatiques pluvieuses du printemps et de l'été 2011 forcent la direction du parc national du Lac-Témiscouata à reporter l'ouverture de ce dernier à l'été 2013. En effet, les nombreux jours de pluie auront causé bien des soucis sur les chantiers et, par conséquent, compromis l'exécution de certains travaux d'infrastructures du parc. « Nous avions déjà un échéancier très serré pour atteindre notre objectif d'ouverture en 2012. Si plusieurs travaux ont déjà été réalisés, ou sont sur le point de l'être, d'autres projets n'ont pu voir le jour, malgré un automne plus favorable », précise M. Denis Ouellet, directeur du parc national du Lac-Témiscouata.

M. Denis Ouellet se dit très satisfait de la qualité des travaux et des aménagements déjà réalisés. Par ailleurs, depuis le début de la mise en valeur du parc national du Lac-Témiscouata à l'été 2010, chacune des actions a été guidée par les hauts standards de qualité que s'est donnés la Sépaq pour que tous les parcs nationaux du réseau Parcs Québec soient dotés d'infrastructures et de services répondant aux standards internationaux. « Il n'était pas question pour nous de déroger à cette ligne de conduite en précipitant l'ouverture du parc », ajoute le directeur, qui dresse un bilan positif des travaux. Informés de la situation, les membres de la table d'harmonisation du parc national du Lac-Témiscouata appuient la décision prise par la direction. « Dans un tel contexte, le report de l'ouverture du parc est le choix le plus sage », confirme M. Serge Fortin, président de la table d'harmonisation. Dernier-né du réseau, le parc national du Lac-Témiscouata doit créer chez le visiteur une expérience exaltante, stimulante et enrichissante. Il doit aussi favoriser la découverte de ses richesses naturelles, culturelles et archéologiques. « C'est dans ce sens que nous travaillerons une année de plus pour faire en sorte que le niveau de satisfaction des visiteurs par rapport à la qualité des services offerts soit le plus élevé possible », conclut M. Denis Ouellet.